Réflexion

On se pose des questions !

Jouer avec des filtres photos, est-ce juste une activité ludique ou vraiment de l’éducation aux médias ?

Les cadres colorés, parfois fantasques, préprogrammés par les applications donnent souvent une dimension très anecdotique, voire exubérante, à la retouche d’images. Pour autant, le montage photo reste une activité très intéressante sur le plan de l’éducation aux médias.


En effet, la retouche de la prise de vue sur le plan du cadrage, de la découpe ou de l’ajout de filtres fait ressentir à l’enfant, et à l’utilisateur de façon générale, que l’image est un matériau brut, sur lequel il est facile de travailler pour en modifier le sens, et donc sa réception par les autres.

Même si les filtres préprogrammés nous font appliquer les principes même de la balance des blancs ou de la saturation en photographie en un seul clic, autrement dit sans aucune manipulation technique, la retouche ou le recadrage d’image s’imprègnent de compétences informationnelles et sociales. En modifiant la prise de vue brute on travaille à la « mise en forme du message », à savoir donner un sens par rapport à un message qu’on souhaite communiquer à quelqu’un. Votre enfant ajoute un soleil ou un cœur sur sa photo ? Il ajoute un nuage gris ou un smiley triste ? Le sens de son message en sera différent.

Enfin, en s’essayant lui-même à la modification d’image, votre enfant comprendra peu à peu que les images qu’il consomme au quotidien ont elles aussi pu être modifiées au préalable.

Utiliser les filtres, c’est donc jouer certes. Mais c’est aussi vivre un rapport à l’image. En prendre distance. L’image n’est pas la réalité.